mercredi, décembre 16, 2015

West Highland Way - Debrief

Voici quelques liens du voyage. Je vais faire bref pour que ce ne soit pas ennuyeux.
J'ai d'abord trouvé où aller sur ce site avant de choisir la WHW. Je ne connaissais pas cette randonnée avant mais je savais que l'Ecosse était mon point de chute. Il y a de nombreuses marches et à vous de choisir.
La WHW :
http://www.west-highland-way.co.uk/home.asp
Ensuite je me suis procuré une carte sur amazon. Pas besoin d'un bouquin ou quoi que ce soit. La carte fait son affaire. A moins que vous vouliez vraiment en savoir plus sur la WHW. Ceci dit je trouve le bouquin trop lourd.
Pour les Bruxellois il y a le magasin « l'anticyclone des Açores » qui ont les cartes Harvey. Plus pratique et ça permet de voir ce que ça donne.
Avant de partir je me suis bien sur un peu préparé physiquement et j'ai fait mon sac à dos. Je pense que c'est une randonnée accessible à bon nombre de personnes mais éprouvante si le temps n'est pas de la partie. Il y a des montées mais ce n'est pas l'Everest.
Pour le sac à dos voici une photo. Le sac de couchage a été changé avant le départ. C'est un Deuter qui a pris la place du Husky. Pour la nourriture, j'ai pris 2 repas déshydraté Decathlon. Trois sachets de pâtes Knorr. Du saucisson, des fruits secs, 3 barres Isostar, des snickers. Sachet de thé pour le petit dej' et des sachets de céréales p'tit dejeuner. J'ai acheté du pain sur place, manger une fois au resto et acheter des snickers sur place. On peut acheter pas mal de bouffe sur le chemin. C'est peut être un peu plus cher mais si vous ne voulez pas vous encombrez.

J'ai dormi le deuxième jour à l'auberge de jeunesse. Voici l'adresse.
Troisième nuit à Beinglass farm.
Quatrième nuit au Pine trees.
Cinquième nuit au Kingshouse hôtel.
Sixième et dernière nuit.
Voilà à peu près les infos. J'ai d'autres choses en tête mais je ne peux pas tout mettre. Il y a quand même une bonne partie de l'aventure à découvrir soi même.
Enfin, voici les photos de ma randonnée.

J'espère que vous avez appréciez la lecture de mon voyage. J'espère également que je vous ai donné l'envie de partir. En tout cas moi j'y retournerai !
A bientôt !






mardi, décembre 15, 2015

West Highland Way - Jour 7

18 mai 2015
Kinlochleven – Fort William 24,5km
« Congratulation ! »

Je me lève assez tôt. La marche d'aujourd'hui est assez longue et je ne sais pas si j'aurai un train en fin d'aprem. Je fais mon paquetage et je passe par le bar de l'hôtel pour prendre deux trois barres snickers. J'aperçois Vincent et Mélanie qui prennent leur petit déjeuner. Je les salut et leur souhaite une bonne journée.
C'est parti. Petite montée gentille dans la forêt. Il pleut légèrement mais sans que ce soit désagréable. Je croise les randonneurs habituels. On discute un peu.

Une fois arrivé en haut, le chemin est relativement plat. Il est à flanc de montagne et c'est assez joli. On passe par une maison en ruine où tout le monde s'arrête.
Le temps se dégage. Grand soleil. J'enlève mon poncho et j'apprécie encore plus le parcours.
J'ai fort mal aux pieds. Plus particulièrement le droit. Bien plus tard, une fois rentré en Belgique, j'apprendrai que j'ai une tendinite. L'arrière de ma chaussure a frotté mon talon ce qui a gêné mon tendon. C'est arrivé depuis le deuxième jour de la marche. J'ai souffert pendant 6 jours. Depuis, j'ai remarché en montagne et je n'ai pas eu de souci. Mon pied s'est moulé à ma chaussure. Ou l'inverse... Malgré ça je sifflote. Je chante du Keren Ann, Gun's and roses, les 7 nains...

Le chemin est vraiment magnifique. Je passe une barrière vers midi où quelques randonneurs prennent leur déjeuner. Certains ont des thermos avec, j'imagine, un bon repas bien chaud. Je ne reste pas ici et je mangerai plus tard, plus loin sur la route.
Un peu après mon déjeuner, je croise Nicky qui semble allez bien. Je tombe également sur un panneau qui explique quelques exploits passés dans la région. Une bataille entre Ecossais. L'illustration montre deux gaillards en kilt marchant dans la neige. J'imagine un moment comment ils ont pu vivre dans ces conditions. C'est assez extraordinaire.
J'arrive à un petit col où l'on aperçoit au loin Ben Nevis, le plus haut sommet d'Angleterre. Je le regarde. L'observe. Ses flancs sont enneigés et des nuages épais couvrent son sommet. C'est majestueux. La visibilité est assez courte car les nuages le recouvrent vite. Je m'étais réservé un jour pour le monter mais je renonce à l'idée de me faire encore mal (presque 1000 mètres de dénivelé). De plus je ne suis pas équipé pour. Il y a un centre au pied du mont qui prévient les randonneurs des risques pour l'ascension. Il y a eu de nombreux morts. Je passe mon tour.
Une des dernières portions du chemin passe par une très jolie forêt de pin. C'est magique. J'en profite.
La fin du parcours est sur une large route forestière goudronnée. C'est un de mes moments les plus insupportables malgré la fin du trail. Le plat de la route ne convient pas à mes pieds fatigués. Je suis obligé de m'arrêter toute les demis heures . J'essaye de ne plus y penser.
J'arrive enfin aux abords de Fort William. Je longe la route et rentre en ville. Je croise les deux allemands et je le félicite. Ils ont fini le trail ! Ils m'indiquent que ce n'est plus très loin et que je ne dois pas me tromper car il y a une « fausse fin ». C'est l'ancien terminus de la randonnée qui est un peu avant. De nombreuses personnes se sont déjà arrêtées là pensant que c'était la fin. Je salue les deux randonneurs et je termine ma route.
Je rentre plus dans la ville. Il y a une allée avec au fond le fin du chemin. J'arrive sur cette petite place où un banc avec une statue dessus signal la fin ! Au sol, une ligne marque le passage de la West Highland Way ! Je l'ai fait. Je suis heureux, content, joyeux. J'aperçois quelques randonneurs qui se félicitent. Je ne croise aucun de ceux que j'ai côtoyé pendant cette semaine. Je prends une photo sur le banc. C'est de rigueur. Enfin, arrivent Vincent et Mélanie. Félicitations ! Ils repartent car ils vont camper pour aller sur l'île de Skye le lendemain. On se dit au revoir et on prendra contact plus tard.
Je pense à ma copine. Petit texto « c'est fait ! ».

En rentrant en ville je m'étais arrêté à la gare pour les horaires. J'ai encore un peu de temps et je me pose dans un restaurant au coin de la place de l'arrivée. Je me mange une assiette de ribs barbecue avec frites et coca. J'aperçois les randonneurs qui arrivent au compte goutte sur la place.
Je prends le train pour Glasgow. Je suis épuisé mais heureux. Je n'ai qu'une envie c'est de la refaire. C'est expérience enrichissante. Moi qui pensais être seul, finalement je me suis retrouvé entouré. Je remercie tous ces randonneurs avec qui j'ai partagé d'agréables moments. J'ai la tête remplie de magnifiques souvenirs. A bientôt sur d'autres chemins.

lundi, décembre 14, 2015

West Highland Way - Jour 6

17 mai 2015
Kingshouse – Kinlochleven 14km
« Oreilles de cochon. »
La nuit a été bonne. J'ai récupéré et le moral est remonté. J'ai eu un peu chaud mais je ne peux vraiment pas me plaindre.
La journée commence par une pente douce. On peut apercevoir au loin de gros nuages menaçants. Ils sont bien lourds et un voile gris qui annonce la pluie, peut être même de la grêle, couvre le fond de la vallée. Les masses noires descendent d'entre les montagnes et je vais sûrement me les prendre dans la tronche. J'accélère gentiment pour essayer d'arriver à la prochaine montée, ainsi je pourrais peut être atteindre le col avant la pluie. Mais je rêve un peu...
J'arrive au pied de la montée. Je fais une pause pipi et snickers. Il y a pas mal de monde qui passe. J'entame l'ascension. La pluie a commencé à tomber. Elle est très légère mais continue. Plus on grimpe et plus le col se précise. Une brume couvre le sommet. De nombreux randonneurs montent plus vite que moi. Ils n'ont pas 17kg sur le dos ! J'ai un peu peur qu'une fois en haut ce soit embouteillé. Finalement je suis chanceux car le troupeau est passé devant moi et je me retrouve quasiment seul.
J'arrive enfin au sommet. Passer le col me fait penser au film « Le Seigneur des Anneaux ». Gandalf et toute sa clique franchissant les montagnes. La prochaine fois je demande à un hobbit de m'accompagner. 




On pointe l'arête du chemin et on découvre, au fur et à mesure que l'on arrive en haut, le sublime paysage qui apparaît devant nos yeux. C'est splendide. La pluie s'est arrêtée. Il y a un cairn avec de nombreuses pierres posées dessus. J'en profite un petit temps car je suis seul.

Je repars et je vais entamer « les marches du diable ». Sur la carte inspectée la veille, le chemin montrait ce passage avec un fort dénivelé. Avec ça on rajoute le nom de la passe, et on se dit qu'on va mourir bêtement dans une rando... Mais finalement rien de tout ça.
Je descends sagement. Le chemin est quand même bien humide car les pluies ont creusé des sillons où l'eau s'écoule. J'ai les pieds trempés. Il y a même un passage assez difficile où je dois sauter avec mon sac sur le dos à travers un torrent ! Ceci dit on peut voir les monts enneigés au loin.

Le reste du chemin est plutôt casse-gueule jusqu'à atteindre la route. Je croise plus tard l'allemand qui ne cause pas et par miracle il ne me cause toujours pas plus...
J'arrive assez tôt à Kinlochleven. Je regarde le premier camping mais il ne me convient pas. Je continue en ville, je bois un thé dans un grand pub et je retire un peu des tunes car l'hôtel m'a séché ! Je me dirige vers le deuxième camping qui est à la sortie de la ville, tout proche de la WHW.
Je décide de poser ma tente au MacDonald campsite. C'est très joli. Un hôtel et des bungalows font partis du site. Une fois installé je décide d'aller au bar. C'est une vaste pièce avec des tables sur les côtés ainsi que deux canapés qui entourent une cheminée au milieu de la salle. Elle n'est pas allumée car il est encore tôt. Environ 16 heures. Je prends un thé, écrit dans mon carnet et Vincent et Mélanie arrivent. On discute un peu comme à l'habitude. Janina arrive également. Je vais manger un bout et je reviens pour me prendre un whisky au bord du feu. Un peu déçu car la place est prise par des randonneurs. Vincent et Mélanie sont encore là, ils discutent un peu avec Janina et je me joins à la conversation. Deux allemands très gentils, croisés quelques fois sur le chemin, se joignent à nous également. On rigole, on blague sur ce trail. Je pense que c'est sans doute la dernière soirée que je les vois. Je sais que sur le chemin nous n'avons pas le même rythme et les mêmes horaires du coup je prends ces derniers moments comme un petit bonheur accompagné de nostalgie. Je pense également à Jennifer et Mike qui m'ont été d'un grand soutien pendant la marche. Ils m'ont demandé, tous les jours, comment j'allais et si ma cheville s'arrangeait. Pour finir je goûte des oreilles de cochon grillées. Plat Ecossais. Je vous laisse imaginer le goût !
Enfin je vais me glisser dans mon duvet. Je pense à ce point final demain. Je l'ai fait ce trail. Moi qui voulais abandonner plus d'une fois. Ca en valait la peine.


vendredi, décembre 11, 2015

West Highland Way - Jour 5

16 mai 2015
Tyndrum – Kingshouse 32km
« J'arrête ! »

La nuit a été rude ! Le vent voulait arracher ma tente mais elle ne s'est pas laisser faire. La pluie a continué pendant la nuit mais au petit matin ça a cessé. Je fais mon paquetage et je me mets en route.
Chaque matin mes jambes sont raides. Mes muscles ont du mal à démarrer mais au bout d'une demi heure ça repart. C'est une grosse marche aujourd'hui avec une étape à Inveroran. Cette première partie est jolie. On passe par Bridge of Orchy où je bois un thé et grignote du saucisson. On passe ensuite un col qui est vraiment beau. On descend ensuite sur un hôtel où il y a un tout petit bar. Inveroran Hôtel.

Je dépose mon sac dans un sorte de cagibi pour randonneur et je m’engouffre dans le pub. Une quinzaine de places, pas plus. Il est à peu près 11h et pas grand monde. Deux vieux en face de moi avec un chien. Il scrute la petite télé ou des chiffres défilent. Sans doute des courses ou des paris. Je bois mon coca, plein de monde arrive dont Janina. Je discute un peu avec elle et on décide de faire la seconde partie ensemble. On sait que c'est long et si on peut s'encourager !
Je sort prendre mon sac et me retrouve enfermé dans le cagibi à sac à dos ! Heureusement il y a des personnes dehors qui m'entendent. On rigole de mon sauvetage. Jennifer et Mike sont dehors et on discute un peu. Je sais que je les retrouverai plus tard sur le chemin. Janina me rejoint dehors, on engage la conversation ainsi que la route.
C'est plutôt sympa et sur le chemin on croise Vincent et Mélanie. On marche avec eux également. Chacun à son rythme et on ne veux pas retarder les autres. Dans l'après midi le ciel se couvre fortement. De gros nuages menaçant apparaissent à l'ouest, au sommet des collines. Il commence à tomber des petites goûtes. Vincent et Mélanie sont déjà partis devant nous. Janina est pas loin derrière moi. La pluie se fait forte. Première saucée ! Je commence à avoir mal au tendon droit. Deuxième saucée accompagnée de grêle. Mon visage est fouetté par la pluie et des petites billes de glace. J'ai pourtant une casquette. J'y penserai plus tard, mais des randonneurs sont partis en petit sweet, sans grand chose sur eux. Je commence à souffrir et le chemin se fait long. Je ne vois plus Janina derrière moi et Vincent et Mélanie sont déjà bien loin. La pluie m'a trempé déjà. Mon poncho est humide, ainsi que mon pantalon, chaussure, chaussette, caleçon... Troisième saucée ! Pluie drue et continue... Je suis désespéré... J'ai l'impression de ne pas voir le bout du chemin... La pluie commence à diminuer et j'aperçois enfin Glencoe Moutain. Petite station, pas loin de Kingshouse, où se trouve un camping.

En arrivant à Glencoe, j'aperçois Vincent et Mélanie avec Nicky, une américaine que l'on croise assez souvent sur la route. Petite, blonde, fluette et pas très causante. Ils se dirigent vers un bungalow. Un abri plus que bienvenu après cette terrible marche. J'apprendrai plus tard que Vincent et Mélanie ont été invité par Nicky car tout les bungalows sont loués. Je rentre à l'intérieur de la station. Ça ressemble à un gros chalet et il y a en fait des remontées mécaniques juste à côté. Je suis trempé !

 Épuisé !  Il pleut dehors et je ne peut pas poser la tente sur un sol détrempé. Je me pose 5 min et je prends un thé. Les deux jeunes qui tiennent le « bar » ne sont pas très sympa... Enfin je leur demande si un bungalow est libre. Ils me répondent que non. Je leur demande si des bus partent pour Glasgow et m'informe que ce sera le lendemain. Je suis au fond du gouffre... Il reste peut être la solution de l’hôtel à Kingshouse. Argh ! Mon budget en prend un coup ! J'hésite et je me dit qu'il reste que deux jours de rando. Tant pis j'y vais. Ils me réservent la dernière chambre de l'hôtel... J'ai le moral à zéro...

Je descends sur Kingshouse, encore deux kilomètres et demi. Kingshouse est joli. C'est un petit hôtel au milieu de nulle part entre les montagnes. C'est une vision agréable que de se retrouver dans un endroit pareil. Le moral commence à remonter un peu. Je monte dans ma chambre et je retrouve un second souffle. Il y a une salle spéciale dans l'hôtel pour faire sécher les vêtements et sac à dos. J'en profite pour y poser tout mon bardas.  Je prend un bon bain et je descend au restaurant. Je croise Jennifer et Mike qui dînent au restaurant et je leur passe des gants que Nicky m'avait confié pour leur rendre. Jennifer avait vu dans la journée Nicky sans gants  et voyant la pluie tomber lui avait prêté. Je me prends un bon whisky, un plat bien chaud et je me régale. C'est rempli de randonneurs que je croise sur la route. Je les vois rire et discuter et ça me fait chaud au cœur. Je monte enfin profiter de mon lit.

jeudi, décembre 10, 2015

West Highland Way - Jour 4

15 mai 2015
Inverarnan – Tyndrum 19km
« La légende de l'épée perdue. »

Réveil tôt. Je prends la route et sur le chemin j'aperçois la tente de Janina, et un peu plus loin celle de Vincent et Mélanie. Enfin, je ne sais pas dans quel ordre car ils ont les mêmes tentes. Ils ont trouvé de beaux endroits pour camper. 
Le chemin est agréable, il y a encore une partie où il y a des travaux, mais ce sont des passages très court. Je suis seul sur la route pendant un bon moment et c'est assez rare. J'en profite un peu jusqu’à que je m'aperçoive qu'il y a une personne qui me suit mais elle assez loin. Je marche assez rapidement mais elle semble me rattraper. La distance qui nous sépare se rétrécie. Pendant un bon moment j'ai un doute sur la personne qui me suit. Je pense que j'ai Janina. Du coup je sort ma petite longue vue de poche et je m'aperçoit que c'est un vieux.


Il marche assez vite car finalement je le croiserai au carrefour de la WHW et la bifurcation pour Crianlarich. Je descend à la gare de Crianlarich pour me prendre un thé et un roll au bacon. La taverne est au milieu de la station, sur le quai. C'est spéciale comme ambiance. J'aime ce lieu. Je suis le seul à l'exception d'un couple qui part rapidement.
Je sort et soigne mes ampoules. Petit massage et baume à la cheville. Je remonte la pente et reprend le chemin. C'est de la forêt en partie. Très agréable.
Un peu plus tard je me pose sur un banc où deux trois maisons sont regroupées. Un vieux cimetière avec une dizaine de pierres tombales jouxte le hameau. Un anglais me fait signe et nous discutons. C'est Howard. Il a fait il y a 16 ans la WHW. Il me donne quelques conseils tout en fumant une cigarette. Il me dit également qu'il a fait le GR20 et d'autres randonnées. Je suis impressionné.

Je me lance sur la fin du chemin. Il ne m'en reste pas beaucoup mais j'ai mal au talon droit. Je me demande vraiment ce que j'ai pu me faire à ce pied. Il se met à pleuvoir légèrement mais en continue.

Le paysage est beau mais je n'ai pas le temps de l'apprécier. Je passe à côté du Loch of the legend of the lost sword. Il y a un banc avec une épée gravée dessus. J'aurais aimé me poser et contempler ce petit lac tout en pensant à cette légende mais la pluie m'en empêche. Je ne peux même pas prendre de photo. Je rechercherai plus tard cette légende mais en attendant je m'en invente une.

J'arrive à Tyndrum sous la pluie. Je décide d'aller me prendre un thé et un bon cake au fruit. Je suis arrivé tôt en ville et je suis épuisé. J'ai encore du temps devant moi. En sortant je croise les 3 français à qui je parle de ma cheville et évoque l'intention d'arrêter la rando. Mais ils me motivent un peu plus. Je passe par l'office du tourisme et demande quelques renseignements, où camper tranquille. La dame est très gentille et m'explique que c'est un peu plus loin sur la WHW. J'aperçois quelques articles à vendre. Principalement des choses écossaises :Kilt, bâton de marche, porte clés... Je ne me laisse pas tenter.
Je me dirige vers le lieux de campement. Il y a pas mal de magasins pour se ravitailler, deux trois restaurants également sur Tyndrum. Le chemin passe par la ville et sort un peu plus loin. J'arrive à hauteur d'un randonneur. Il est chargé comme une mule et marche à deux à l'heure. Je discute un peu avec lui mais il n'est pas très enjoué. Finalement je le laisse continuer la route et j’interpelle deux rangers qui se garent en voiture. Je leur demande où camper tranquillement. Ils me montrent le chemin et il commence à pleuvoir. J'arrive au campement mais je me dis qu'il pleut et que ça va être compliqué pour sécher et me reposer tranquillement. Je redescends sur Tyndrum au camping.
Je choisis le premier camping que j'avais croisé sur le chemin. J'y retrouve Vincent et Mélanie. Il pleut encore, il y a quelques rafales de vent. La pluie est continue. Douche, séchage, manger, dodo...